Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
C O X I B S

AMM
ARTHROSES (TRAITEMENT SYMPTOMATIQUE)
SOULAGEMENT DES SYMPTOMES DANS LE TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE
La prescription des Coxibs dans les pathologies aigües (comme les sciatiques), les tendinites, etc... se fait donc "hors AMM" et peut être remise en cause par les autorités de tutelle ( avec remboursement par le praticien !!)
Ils ne repésentent pas un traitement de fond de l'arthrose mais seulement des épisodes douloureux inflammatoires. Le paracétamol demeure la référence des douleurs arthrosiques chroniques (3 à 4 g par jour).

LES COXIBS : Extraits du Bulletin d'information de Pharmacovigilance de Toulouse [Lire]
CELEBREX : Communiqué de presse de l'AFSSAPS [Lire] (14 juin 2002)

En cas de poussée douloureuse liée à une arthrose ou de polyarthrite rhumatoïde, l'effet symptomatique du célécoxib n'est pas différent de celui des autres anti-inflammatoires non stéroïdiens auxquels il a été comparé. Il n'est pas non plus démontré à ce jour que son profil global d'effets indésirables soit plus favorable
ASMR de niveau III càd « amélioration du service médical rendu modeste en termes de tolérance par rapport aux AINS, exceptés les pyrazolés »
Prescrire N° 212, Décembre 2000


Célécoxib CELEBREX® : PRESENTATION TRONQUEE DES RESULTATS DES ESSAIS CLINIQUES
(J.L. Montastruc)
http://www.pharmacovigilance-toulouse.com.fr/BIP2002NSocial1.htm

Lors de la mise sur le marché, on a présenté le célécoxib, un AINS, comme présentant moins d’effets indésirables digestifs “ graves ” (PUS : Perforations, Ulcérations, Saignements) que les autres AINS. Cette assertion s’avère fausse puisqu’elle repose sur une analyse partielle (à 6 mois) d’un seul essai clinique (prévu pour 12 mois). Au bout de 1 an, on ne retrouve aucune différence significative dans l’incidence des PUS déterminés par le célécoxib versus ibuprofène ou diclofénac.

Ce résultat souligne l’ardente nécessité d’une information rigoureuse et indépendante sur le médicament (ce à quoi s’emploie BIP). En fait, les données de pharmacovigilance, obtenues depuis la commercialisation du médicament, montrent clairement l'existence de ce type d'effet indésirable avec le célécoxib comme avec les autres AINS. Ce nouvel épisode de la saga des coxibs rappelle aussi que la notion de “ sélectivité ”, vraie “ in vitro ”, disparaît “ in vivo ”, pour constituer non pas un élément rationnel de prescription mais un argument fallacieux de marketing

Chez les patients arthrosiques nécessitant un traitement par AINS, il n'est pas démontré que le rofécoxib ait un effet antalgique plus fort que celui du paracétamol ou d'un autre AINS.
Il n'est pas ,non plus rigoureusement démontré que son profil d'effets indésirables soit différent au point d'offrir un avantage clinique notable, en particulier sur un autre AINS à faible dose.
Prescrire N° 208, Juillet-Août 2000

Recommandations sur la prescription et la surveillance des coxib
(H. Bagheri)
http://www.pharmacovigilance-toulouse.com.fr/BIP2002N03.htm

Deux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), (rofecoxib, Vioxx® et celecoxib, Celebrex®) présentés comme anti-COX2 “ sélectifs ” (la sélectivité, cela n’existe pas!) sont indiqués depuis 2000 dans le “ soulagement des symptômes de l’arthrose et de la polyarthrite rhumatoïde ”. Les données de pharmacovigilance montrent un profil qualitatif d’effets indésirables indentiques aux AINS conventionnels, un taux de prescription hors AMM et de non respect des contre-indications importants. Un communiqué de l’AFSSAPS du 28/6/02 rappelle donc les règles de bon usage de ces médicaments. www.afssaps.sante.fr

Par ailleurs, nous vous invitons à lire l’article : “ Célécoxib et essai CLASS, un exemple de manipulations industrielles ” paru dans la Revue Prescrire, 2002, n°231, page 623 et 624 (disponible au CRPV sur simple demande).

Dépêches caducee.net
Les inhibiteurs de la COX-2 : un coût toujours élevé
(Source : Ann Intern Med. 2003;138:795-806.)
27/05/2003 - Des auteurs américains ont cherché à mesurer le rapport coût/efficacité des inhibiteurs de la cyclooxygénase 2 (COX-2). Malgré les avantages de ces molécules par rapport aux AINS non sélectifs, le coût des traitements est élevé pour la prise en charge de l’arthrose ou de la polyarthrite rhumatoïde.
Cette analyse fait l’objet d’une publication dans la dernière édition des Annals of Internal Medicine. L’objet était de savoir si la réduction du risque gastro-intestinal visible avec les coxibs justifiaient l’augmentation du coût du traitement.
D’après les auteurs, le surcoût et les avantages des coxibs ne justifient généralement pas l’abandon des AINS non sélectifs. Cependant, ils présentent un rapport coût/bénéfice acceptable pour les patients avec des antécédents d’hémorragie ulcéreuse.

COXIBS et EVENEMENTS NEUROPSYCHIATRIQUES
L’ADRAC (Centre de Pharmacovigilance Australien) publie (2) une synthèse des effets neuropsychiques qui lui ont été signalés avec le célécoxib (Célébrex*) et le rofécoxib (Vioxx*).
142 effets indésirables neuropsychiatriques (5% du total des effets indésirables rapportés) ont été associés au Célébrex*, et 49 (8%) au Vioxx*.
Il s’agit de syndrome confusionnel, somnolence ou insomnie, cauchemars, hallucinations, syndrome dépressif, agitation, amnésie …
Dans la plupart des cas, les signes sont apparus rapidement : dans les 24 heures suivant la 1ère prise. Dans quelques cas, on note une réadministration positive.
Conclusion : les AINS non sélectifs ne sont pas les seuls à provoquer des effets indésirables neuropsychiatriques.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente