Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Fréquence cardiaque élevée chez l'hypertendu
Etude Syst-Eur.

Une fréquence cardiaque élevée est un facteur de risque de mortalité, c'est l'étude épidémiologique IPC (1) qui a permis d'établir qu'une fréquence cardiaque élevée est un facteur de risque indépendant de développer une hypertension artérielle (HTA).
IPC a montré que les patients dont la fréquence cardiaque (fréquence cardiaque) était supérieure à 85 battements par minute (bpm) étaient hypertendus pour 21 % d'entre eux, tandis que ceux qui battaient à moins de 85 bpm n'étaient hypertendus que pour 4 %, ces proportions étant identiques chez les hommes et chez les femmes bien que ces dernières aient toujours une fréquence cardiaque de repos supérieure de quelques points à celle des hommes.

Au plan physiopathologique, cette fréquence cardiaque élevée témoigne d'un déséquilibre chronique du système nerveux autonome, qui prend la forme d'une hypertonie sympathique mais, au-delà de cette simple constatation, il est surtout intéressant de connaître la valeur prédictive de la fréquence cardiaque ambulatoire chez l'hypertendu.

Etude Syst-Eur.

C'est, entre autres, avec cet objectif que l'étude Syst-Eur (2) a été réalisée, qui a suivi sur vingt-quatre mois 4 682 hypertendus d'âge moyen 70 ans, dont 807 ont fait l'objet d'une mesure de la fréquence cardiaque de repos et de Holters tensionnels.

L'évaluation au long cours de ces paramètres a permis de mettre en évidence que la fréquence cardiaque de base donne les mêmes renseignements pronostiques que la fréquence cardiaque des 24 heures, la fréquence cardiaque de jour et la fréquence cardiaque de nuit. L'analyse multivariée a par ailleurs montré qu'il existe une corrélation significative entre la fréquence cardiaque de base et la mortalité non cardio-vasculaire mais seulement dans le groupe d'hypertendus non traités.

En pratique. Dans la mesure où il existe chez ces patients une hypertonie sympathique et qu'ils sont plus facilement sujets au stress, il est logique de leur conseiller l'observance quotidienne de règles hygiéno-diététiques, dont la lutte contre la sédentarité ne sera pas la moindre.

Un traitement médicamenteux peut cependant être nécessaire et, chez un sujet jeune qui ne présente pas de contre-indications, le bon sens pratique doit dicter au médecin de prescrire un bêtabloquant :
  • dépourvu d'activité sympathique intrinsèque ;
  • fortement cardiosélectif ;
  • à longue demi-vie d'action ;
  • à posologie unique quotidienne ;
  • qui permet un activité physique normale, surtout à l'effort
Entre autres, le bétaxolol (Kerlone ®) réponde à ce cahier des charges

(1) « Journal of Hypertension » 1999 ; 17 : 1671-1677
(2) Staessen JA et coll. Randomised double-blind comparison of placebo and active treatment for older patients with isolated systolic hypertension. Lancet 1997 ; 350 : 757-764. Etude Syst-Eur.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente