Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Stratégies anti-hypertensives chez les patients atteints de pathologie coronarienne
Pepine CJ et al. A calcium antagonist vs a non-calcium antagonist hypertension treatment strategy for patients with coronary artery disease.
The International Verapamil-Trandolapril Study (INVEST): a randomized controlled trial. JAMA, Déc. 2003, 290: 2805-2816

L’hypertension artérielle est un facteur important dans la progression de la maladie coronarienne.
La stratégie de choix est l'association Aspirine, bêtabloquant, IEC. Les bêtabloquants peuvent être contre-indiqués ou avoir des effets indésirables (asthme, DNID, $ de raynaud, etc..)
L'étude INVEST a montré que le bêtabloquant pouvait être remplacé par un ICA le verapamil. De plus dans les populations à risque, le nombre de passage vers un DNID était diminué

=======================

L’étude INVEST (International Verapamil-Trandolapril Study) est un essai multicentrique randomisé ouvert comparant deux stratégies thérapeutiques anti-hypertensives chez 22576 patients âgés de 50 ans ou plus, hypertendus et atteints de troubles coronariens.
  • La première stratégie comprenait un antagoniste calcique, le vérapamil LP, 240mg/jour (groupe CAS, Calcium Antagonist Strategy) ;
  • la deuxième stratégie comprenait un bêtabloquant, l’aténolol, 50mg/jour (groupe NCAS, Non-Calcium Antagonist Strategy).
Si la pression artérielle n’atteignait pas les valeurs cibles, les patients recevaient un traitement additionnel par trandolapril et/ou hydrochlorothiazide. Le trandolapril était recommandé chez tous les patients présentant une insuffisance rénale, un diabète ou une insuffisance cardiaque.

Après un suivi de 61835 patients-année (2.7 années par patient, en moyenne),
  • il n’y avait pas de différence entre les deux groupes CAS et NCAS en termes de survenue de décès, d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébrale.
  • Le contrôle de la pression artérielle était comparable, 71.7% des patients du groupe CAS et 70.7% de ceux du groupe NCAS avaient atteint des valeurs inférieures à 140/90mm Hg.
  • Compte tenu de la souplesse du protocole, la plupart des patients des deux groupes recevaient un inhibiteur de l'enzyme de conversion (trandolapril ou autre IEC) ainsi qu'un diurétique (hydrochlorothiazide ou autre diurétique)
L'essai INVEST montre donc que les stratégies thérapeutiques associant le vérapamil ou l'aténolol à un IEC + un diurétique sont équivalentes.

http://www.uvp5.univ-paris5.fr/MED-INFO-COCHIN/AC/ArchivesRev.asp?Rev=36
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente