Vers une modification du traitement de l'hypertension
17ème congrès international sur l'hypertenion - Amsterdam Juin1998

Trois études présentées mercredi à Amsterdam lors du 17ème congrès international sur l'hypertension pourraient modifier leur approche thérapeutique de l'HTA essentielle.

Hypertension Optimal Treatment
La première étude, baptisée HOT, pour Hypertension Optimal Treatment, montre qu'une réduction de la tension (Diastole < 90 mm de mercure) par une thérapie intensive permet de réduire d'un tiers les accidents cardiaques liés à l'hypertension.
Pr Lennart Hansson (université de Uppsala, Suède)
"Le fait de faire passer la tension de 105 mm à 83 mm entraîne une diminution de 30 % des risques d'infarctus et d'accident vasculaire cérébral".

ASPIRINE
Les experts ont profité de cette étude pour se pencher à nouveau sur l'indéboulonnable aspirine: l'étude HOT a démontré qu'une dose quotidienne de 75 mg de ce médicament, ajoutée au traitement habituel des hypertendus, réduisait de 36% le risque d'attaque cardiaque par rapport aux patients qui prenaient un placebo.

Selon les spécialistes, près de 700 millions de personnes dans le monde souffrent d'hypertension et près de trois millions de décès annuels sont directement attribuables à cette maladie.

IEC
Une autre étude, également supervisée par le Pr Hansson, prouve pour la première fois que certains médicaments, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC), sont au moins aussi efficaces que les traitements traditionnels (diurétiques et béta-bloquants) pour prévenir la survenue de la maladie cardio-vasculaire et les décès qu'elle entraîne.

L'étude CAPPP (Captopril Prevention Project), destinée à évaluer les mérites du premier inhibiteur commercialisé, le captopril, a été réalisée en Suède et en Finlande sur plus de 11.000 patients hypertendus.
Après six ans de suivi, 93,4 % des patients prenant du captopril étaient indemnes d'accidents cardio-vaculaires soit une proportion quasiment identique à celle des patients sous diurétiques ou bêta-bloquants.

En revanche, le captopril diminue de 14 % le risque de développer un diabète et, chez les personnes déjà diabétiques, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion font mieux que les médicaments concurrents : le captopril a permis de diminuer de 41 % les troubles cardio-vasculaires par rapport aux traitement standard, et le risque de développer un infarctus du myocarde a été réduit de 66 %.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente