Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Le dabigatran ( Pradaxa ® ) versus warfarine (Coumadine ®)
en prévention des AVC sur FA

Connolly SJ, Ezekowitz MD, Yusuf S. Dabigatran versus Warfarin in Patients with Atrial Fibrillation. N Eng J Med 2009;361.
Texte complet : http://www.theheart.org/article/996107.do
MAJ 2012

Voir également :
  • Dabigatran etexilate - Pradaxa ® [Lire]
  • Meta-analysis of new oral anticoagulants versus warfarin for AF [Lire] (2012)

    PRADAXA ®
    Nouveau dosage à 150 mg

    Août 2012

    Cette présentation s'ajoute à PRADAXA 75 mg et PRADAXA 110 mg gélule. [Lire]
    Revoir +++ : Meta-analysis of new oral anticoagulants versus warfarin for AF [Lire]

    PRADAXA 150 mg gélule est indiqué dans la prévention de l'accident vasculaire cérébral (AVC) et de l'embolie systémique (ES) chez des patients adultes présentant une fibrillation atriale non valvulaire associée à un ou plusieurs des facteurs de risque suivants :
    • antécédent d'AVC, d'accident ischémique transitoire ou d'embolie systémique ;
    • fraction d'éjection ventriculaire gauche inférieure à 40 %.
    • insuffisance cardiaque symptomatique, classe supérieure ou égale à 2 New York Heart Association (NYHA).
    • sujets âgés jusqu'à 75 ans (cf infra).
    • sujets âgés de 65 ans et plus présentant une des affections suivantes : diabète, coronaropathie ou hypertension artérielle.
    En pratique :
    La dose quotidienne recommandée de PRADAXA dans cette indication est de 300 mg.
    Cette posologie correspond à 1 gélule de PRADAXA 150 mg 2 fois par jour.
    Le traitement doit être poursuivi au long cours.

    Pour certains patients la dose quotidienne de PRADAXA peut être diminuée à de 220 mg après l'évaluation individuelle du risque thromboembolique et du risque de saignement :
    • patients âgés de plus de 80 ans
    • patients présentant une insuffisance rénale modérée ;
    • patients présentant une gastrite, une oesophagite ou un reflux gastro-oesophagien ;
    • autres patients présentant un risque augmenté de saignement.
    • patients traités de façon concomitante par du vérapamil.
    Rappel :
    Les gélules doivent être avalées entières (sans les ouvrir en raison d'une augmentation du risque de saignement), avec de l'eau, avec ou sans aliments.

    For information, the full contraindication for Pradaxa will be as follows (www.ema.europa.eu)
  • Hypersensitivity to the active substance or to any of the excipients listed in section 6.1
  • Patients with severe renal impairment (CrCL < 30 ml/min)
  • Active clinically significant bleeding
  • Organic lesion at risk of bleeding
  • Spontaneous or pharmacological impairment of haemostasis
  • Hepatic impairment or liver disease expected to have any impact on survival
  • Concomitant treatment with systemic ketoconazole, cyclosporine, itraconazole, tacrolimus and dronedarone



  • Après des décennies de domination des AVK, un nouvel inhibiteur direct de la thrombine, le dabigatran etexilate (Pradaxa), surclasse incontestablement la warfarine avec une réduction significative des AVC emboliques et hémorragiques et une baisse significative des saignements dans l'étude RE-LY (Randomized Evaluation of Long term Anticoagulant Therapy) publiée simultanément en ligne sur le site du New England Journal of Medicine.

    Côté tolérance, aucune inquiétude en particulier sur le plan hépatique qui a bénéficié d'une surveillance rapprochée compte tenu des déboires du ximélagatran. Le dosage de dabigatran à 150 mg est supérieur en efficacité à la warfarine sur les AVC avec une tolérance identique à l'AVK tandis que le dosage à 110 mg est plus sûr sur le plan des saignements majeurs mais fait aussi bien que la warfarine. « Un potentiel pour adapter individuellement le traitement aux caractéristiques des patients » a indiqué le Dr Stuart J Connolly (McMaster University, Hamilton, Ontario, Canada).

    Selon le Pr Jean-Yves LeHeuzey (Hôpital Georges Pompidou, Paris) « Le design de l'étude ne permet pas encore de savoir quelles sont les caractéristiques des patients qui orientent vers 110 ou 150 mg ». Il a précisé qu'il réserverait la dose de 110 mg aux patients les plus fragiles surtout sur le plan rénal car le produit a une excrétion majeure. Pour les autres patients, moins à risque hémorragique il aurait plutôt tendance à favoriser la plus forte dose pour gagner en efficacité.

    L'absence d'antidote est toutefois un problème en cas de saignements majeurs, il faut attendre que le principe soit éliminé et envisager une transfusion mais le dabigatran a l'avantage d'une demi-vie assez courte.

    RAPPEL

    Principales contre-indications :
    • insuffisance rénale sévère ;
    • atteinte hépatique.
    • traitement concomitant par quinidine
    • grossesse (sauf nécessité absolue) et allaitement.

      Interactions médicamenteuses :
    • Dabigatran et dronédarone : association contre-indiquée par l'EMA
    • l’amiodarone interagit avec le métabolisme du dabigatran, dont la posologie doit être réduite à 150 mg/j chez les patients recevant les deux molécules ;
    • l’administration concomitante du dabigatran et des anticoagulants et antiagrégants plaquettaires n’est pas recommandée ;
    • la prudence est nécessaire avec les inhibiteurs puissants de la P)-Glycoprotéine (vérapamil, clarithromycine, etc.) ;
    • Le pantoprazole, la ranitidine, l’atorvastatine et la digoxine ont également été étudiés : aucune interaction n’a été mise en évidence.
    AMM européenne de Pradaxa® (dabigatran etexilate) [Lire] (pdf)
  • .
    Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente