Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
.
Les premières recommandations européennes sur les dyslipidémies créent l'événement
Août 2011
Texte complet : http://www.theheart.org ou [copie locale]

Voir également : Conflits d’intérêts : La mauvaise graisse de la HAS : [Lire] (formindep.org)

La controverse sur le prélèvement à jeun ou non a été tranchée dans les recommandations. Les triglycérides doivent être mesurés à jeun, tandis que le cholestérol total (qui n'est pas une cible thérapeutique mais un critère d'évaluation du risque), les apolipoprotéines (Apo) B et A1, et le HDLc peuvent être mesurés dans à tout moment.
En ce qui concerne la prise en charge, les recommandations soulignent une fois encore l'importance du régime alimentaire et de l'activité physique. On note que l'incorporation d'aliments enrichis en phytostérols (1 à 2 g/j) doit être envisagée chez les sujets présentant un cholestérol total et un LDLc élevés, sans relever d'un traitement pharmacologique.

Revoir l'étude MEGA en prévention primaire [Lire]

La priorité reste le LDLc avec des valeurs cibles abaissées
  • Chez les sujets à très haut risque : <1,8 mmol/L (70 mg/dL), et si cette cible ne peut être atteinte, réduction d'au moins 50% de la valeur initiale.
  • Chez les sujets à haut risque : < 2,5 mmol/L (100 mg/dL).
  • Chez les sujets à risque modéré : < 3 mmol/L (115 mg/dL).
Toutefois, s'agissant de l'évaluation non du risque, mais de l'efficacité du traitement, les experts ont retenu, à côté du LDLc, le non-HDL cholestérol (cholestérol total - HDLc) et l'Apo B comme critères secondaires, en particulier chez les diabétiques de type 2.

Le non-HDL cholestérol doit être descendu à un taux correspondant à la cible LDLc du patient, augmentée de 0,8 mmol/L (30 mg/dL), et l'ApoB, à moins de 100 mg/dL ou 80 mg/dL chez les patients à très haut ou haut risque.

Le Pr Chapman note enfin que les valeurs cibles basses, retenues par les recommandations, et l'insistance sur la nécessité de les atteindre, sont plutôt en porte-à-faux avec les habitudes françaises, qui privilégient les faibles doses. « Il ne faut pas perdre la cible de vue », insiste-t-il. « Il est important d'identifier les patients à haut et très haut risque, et d'atteindre la cible LDLc.

S'il est nécessaire de doubler la dose pour atteindre la cible, faut-il le faire ? La réponse est oui, sous condition d'un suivi initial étroit. »

A suivre....
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente