Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
ASCOT-LLA
Anglo-Scandinavian Cardiac Outcome Trial-Lipid Lowering Arm
The Lancet 361; 1149-1158 - Avril 2003

Prévention primaire des événements coronariens fatals ou non fatals (critères principal) et des AVC par 10 mg d'atorvastatine chez des patients hypertendus ayant des taux de cholestérol non à jeûn inférieur ou égale à 6,5 mmol/l et présentant au moins trois autres facteurs de risque de maladie cardiovasculaire (MCV)
  • hypertrophie ventriculaire gauche [HVG]
  • anomalies spécifiques à l'électrocardiogramme
  • diabète de type 2
  • maladie vasculaire athérosclérotique périphérique
  • accident vasculaire cérébral [AVC] ou ischémie cérébrale transitoire
  • sexe masculin
  • âge > 55 ans
  • , microalbuminurie ou protéinurie
  • ratio cholestérol total/ HDL plus grand ou égal à 6
  • antécédents familiaux de maladie cardiaque athérosclérotique précoce
Revoir également l'étude HPS (Heart Protection Study ) par la simvastatine [Lire]

ASCOOT-LLA : 10 305 individus âgés de 40 à 79 ans répartis en 2 groupes pendant 3,3 ans
  • 5168 patients dans le groupe atorvastatine: données complètes pour 4928 sujets vivants. 185 sujets décédès (5113)
  • 5137 patients dans le groupe placebo : données complètes pour 4861 sujets vivants. 212 sujets décédés soit (5073) .
La posologie des traitements hypertenseurs était adaptée afin de ramener la TA < 140/90 chez les pateints non diabétiques et < 130/80 chez les sujets diabétiques
  • événements coronariens fatals ou non fatals (critère principal)
    ---- 100 évènements dans le groupe atorvastatine soit soit 1,956 % des sujets
    ---- 154 événements dans le groupe non atorvastatine soit 3,168 % des sujets

La réduction relative de 36 % du risque pour la mesure principale des résultats est impressionnante. Toutefois, sa signification clinique l’est moins lorsqu’on considère la réduction absolue du risque (baisse de 3,0 % à 1,9 % en 3,3 ans) ou le nombre de patients ( presque tous des hommes) à traiter (NPT) (89 durant 3,3 ans pour éviter 1 événement).

Il faut également noter que cette étude ne nous a pas du tout renseignés sur le traitement non pharmacologique offert aux patients qui, s’il a été sous-optimal, pourrait avoir contribué à surestimer la différence entre le groupe placebo et le groupe traitement, surtout chez des individus à risque cardiovasculaire modéré.

L’absence de différence significative dans plusieurs sous-groupes à risque (diabétiques, maladie vasculaire athérosclérotique périphérique, HVG et syndrome métabolique) se justifie probablement par un manque de puissance statistique. Toutefois, la tendance favorise toujours le groupe atorvastatine.
De la même façon, chez les femmes, la petite taille du groupe (seulement 19 % des participants) et le plus faible nombre d’événements pourraient expliquer le RR de 1,10 (IC 95 % : 0,57- 2,12).

CONCLUSION
  1. On s’éloigne de plus en plus du niveau de cholestérol comme critère de traitement et on renforce le concept que c’est l’évaluation globale du niveau de risque cardiovasculaire qui devrait guider la décision de traitement.
  2. La généralisation de l'administration de statines aux hypertendus au niveau de risque cardiovasculaire d'ASCOT-LLA a des implications financières
  3. Les résultats sur des populations Anglo-Scandinaves sont ils transposables
  4. Les recommandations de l'ANAES (2000) nécessitent une mise à jour...
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente