Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Traitements antiagrégants et prévention cardiovasculaire
Source : http://www.minerva-ebm.be/articles/fr/2003/7_2003/7-2003_antiagregants.htm
Voir MAJ 2012 : Bon usage des antiplaquettaires [Lire] (ANSM-HAS)

Question :
Quelle est l’efficacité d’un traitement antiagrégant chez des patients à haut risque d’accident cardiovasculaire occlusif ?

Contexte :
S’il est bien établi qu’un traitement antiagrégant réduit les risques de morbidité et de mortalité cardiovasculaires, quelques questions restent cependant en suspens. Ainsi, quel est le bénéfice net d’un traitement antiagrégant administré en phase aiguë d’AVC? Dans quelle mesure est-il efficace en présence de pathologies chroniques telles que la fibrillation auriculaire, l’angine de poitrine ou l’athérosclérose artérielle ?

Conclusion :
La conclusion principale de cette méta-analyse est que l’aspirine à dose modérée (75 à 150 mg par jour) offre un rapport risque-bénéfice fort favorable à distance ou en phase aiguë d’un accident coronarien et à distance d’un accident cérébral. Ce rapport est moins favorable dans le contexte d’un AVC aigu.
L’utilisation de l’aspirine est donc — sauf exception — indiquée chez tous les patients à haut risque ischémique, en prévention primaire et secondaire des accidents cardiovasculaires. L’aspirine chez 1 000 patients à haut risque (qui, par exemple, présentent un risque annuel de 3 %) diminue d’un tiers (en valeur relative), donc de 30 à 20 (en valeur absolue) le nombre annuel d’accidents vasculaires, au prix de 1 à 2 accidents hémorragiques.

Recommandations pour la pratique
L’aspirine à dose modérée (75 à 150 mg) reste le traitement antiagrégant de premier choix en prévention primaire et secondaire des accidents cardiovasculaires chez tous les patients à haut risque ischémique, particulièrement en phase aiguë d’un accident coronarien et à distance d’un accident cérébral, mais aussi après un infarctus du myocarde, en cas de haut risque artériel (angor stable, artérite des membres inférieurs, diabète) et, dans une moindre mesure, en phase aiguë de l’accident vasculaire cérébral. Les autres antiagrégants n’apportent pas de bénéfice significatif.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente