Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente
CANCER DE LA THYROÏDE
MAJ 2010 - 2016

Epidémie de surdiagnostic?
cf infra

Le taux de cancer de la thyroïde est de 1,9/100 000 pour les hommes et 3,1/100 000 pour les femmes.
Dans 80% le pronostic est bon : il s'agit d'un carcinome papillaire ou folliculaire bien différentié dont la survie à 20 ans est la même qu'en l'absence de cancer thyroïdien.
Un retard dans le diagnostic parait sans influence sur le pronostic

Rappel : Aprés 50 ans, plus de la moitié de la population est porteuse de nodules thyroïdiens de toutes tailles. Il n'y a pratiquement jamais urgence en dehors du nodule toxique

LE DIAGNOSTIC
Ce n'est jamais une urgence : l'association clinique, echographie et cytoponction est généralement nécessaire.
La scintigraphie parait moins utile car si la plupart des cancers sont froids, la plupart des nodules froids sont bénins. Elle reste indispensable en cas de TSH basse pour rechercher un nodule toxique
La calcitonine est le seul marqueur intéressant en dépistage. L'augmentation de la thyroglobuline, en présence d'un goître ou d'un nodule, ne constitue pas un argument en faveur d'un cancer. (cf infra)
Voir CAT devant un nodule de la thyroïde

LES ARGUMENTS
Un nodule, dur fixé au plan profond doit faire craindre un cancer .
Dautres éléments sont importants :
---- Des adénopathies
---- Des cancers thyroïdiens dans la famille
---- Des ATCD d'irradiation médicale en particulier pour cancer du sein surtout aprés quelques années
---- Les âges extrêmes
---- Le sexe masculin. Les nodules sont plus fréquents chez la femme mais les nodules masculins plus souvent cancéreux..
---- La taille du nodule n'est pas un argument en faveur d'un cancer mais au delà de 20/25 mm de diamètre la chirurgie est logique.
---- Un kyste peut être malin !! (2%)
---- L'argument " plus il y a de nodules, plus c'est bénin " (thyroïde/goitre multinodulaire) n'est pas totalement vrai.

560.000 cancers de la thyroïde dus à un surdiagnostic
18/08/2016
Selon le le Centre international de la recherche sur le cancer (CIRC/IARC) l'épidémie de cancers de la thyroïde observée ces vingt dernières années dans les pays développés - dont la France -serait principalement due au surdiagnostic. L'étude évalue à plus de 470.000 femmes et 90.000 hommes les personnes qui pourraient avoir fait l'objet d'un surdiagnosticdans 12 pays développés (Australie, Danemark, Angleterre, Finlande, France, Italie, Japon, Norvège, République de Corée, Ecosse, Suède et Etats-Unis). "Des pays comme les Etats-Unis, l'Italie et la France ont été les plus touchées par le surdiagnostic du cancer de la thyroïde depuis les années 1980, après l'introduction des échographies, [Lien / sciencesetavenir.fr]

Lâche-moi la thyroïde
Epidémie de surdiagnostic?

Février 2016
Le nombre de cancers de la thyroïde a triplé ou quadruplé, voire multiplié par quinze dans certains pays vierges de radioactivité car la puissance des techniques d’imagerie permet de détecter le moindre nodule millimétrique, bénin dans 80% des cas. , On s’est ainsi aperçu qu’il s’agissait plutot d’une épidémie de diagnostics. Quant aux vrais cancers, ils n’évoluent presque pas, voire régressent naturellement. Voilà pourquoi cette étrange « épidémie » n’a jamais fait varier la très faible mortalité (1 décès pour 200 000 cas) ! Enfin, l’autopsie des femmes révèle moins de cancers de la thyroïde que les hommes, alors que le diagnostic est trois fois plus fréquent chez elles !
[Lien / Luc Perino blog]

Cancer de la thyroïde
Les agissements de l'Eglise de Dépistologie

juin 2014.
[Lien / docteurdu16.blogspot.fr]

PRONOSTIC
Dans 80% le pronostic est bon : carcinome papillaire bien différentié.
La survie à 20 ans est pratiquement la même qu'en l'absence de cancer et un diagnostic tardif n'influence pratiquement pas le pronostic.

MARQUEURS
Thyroïde différencié : Thyroglobuline. Elle ne sert qu'à la surveillance d'un cancer opéré
Thyroïde médullaire : Calcitonine, ACE

GUIDE – AFFECTION DE LONGUE DUREE
HAS - INCA
Cancer de la thyroïde - Mai 2010
[Lire] (pdf)

MAJ 02/2002(Source Entretien de Bichat 2001- Communication du Pr Wemeau)
La calcitonine est le seul marqueur intéressant en dépistage. L'augmentation de la thyroglobuline, en présence d'un goître ou d'un nodule, ne constitue pas un argument en faveur d'un cancer.
Les dosages de la thyroglobuline sont en revanche utiles à la surveillance tumorale ainsi que le dosage des AC anti-thyroglobuline, de la calcitonine et de l'ACE. La surveillance fonctionnelle reste fondée sur le dosage de la TSH. Les dosages de T3 et T4 sont sans intérêt sauf pour évaluer un surdosage thérapeutique lorsque la TSH est indétectable

MAJ 07/2010 (HAS - INCA)
Surveillance d'un cancer de la thyroïde [Lire] (2010)
.
La valeur cible de la TSH dépend du type de cancer
  • Dans les cancers de bon pronostic (papillaire ou folliculaire différencié traites chirurgicalement) l'objectif est d'obtenir une TSH modéremment fréinée proche de 0,1 mU/L
  • Dans les cancers de mauvais pronostic (inopérables, récidivant, métastasés, folliculaires peu différentiés), il est souhaitable d'obtenir une TSH trés basse < 0,01 voire 0,001 mU/L

  • .
    Accueil
    Recherche
    Nouveautés
    Email webmaster
    Sommaire général
    Page précédente