Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente




Lors de l’édition 2016 de la Defcon, un duo de chercheurs a démontré que le protocole Bluetooth de son vibromasseur phare, le WeVibe 4, était affecté de plusieurs vulnérabilités. Des failles permettant de dérober les données de l’application, voire d’en prendre le contrôle... Ils notaient également la gourmandise du constructeur pour les données issues de l’utilisation de ses sextoys, sur la température du produit, l’accélération cardiaque ou encore le niveau de vibration.

Le 2 septembre, une utilisatrice américaine dépose une plainte contre la société.
La plaignante mettait à mal la défense de l’entreprise, l’accusant de ne pas avoir révélé que ses vibromasseurs transmettaient les données en temps réel à ses serveurs canadiens. La plainte détaillait également quelques autres données collectées, date et heure de chaque utilisation, mode de vibration choisi, le tout lié à l’adresse mail de l’utilisateur. [Lire]
.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente