Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
ÉVALUATION DU PLAN CANCER
NOTE D’ÉTAPE AU 26 MARS 2008

Haut Conseil de la santé publique
http://www.hcsp.fr/hcspi/explore.cgi/accueil?ae=accueil

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) vient de publier les premiers éléments d'évaluation du Plan cancer 2003-2007. C'est le 9 janvier dernier que Roselyne BACHELOT-NARQUIN, la ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative a confié ce travail au HCSP. Un groupe de travail a été mis en place pour « évaluer l'impact du plan qui vient à expiration, afin de permettre de mesurer les avancées réalisées et de dégager les principales orientations du futur plan »



En résumé...
Insuffisance notoire des informations nécessaires à l'évaluation
Insuffisance notoire des informations nécessaires à la prise de décision en santé publique

L'information est particulièrement pauvre en ce qui concerne les écarts à la moyenne
Ils ne permettent pas de mesurer la situation de populations particulières, notamment les groupes les plus vulnérables.



Par ailleurs...

.
Conclusions et préconisations
pour la poursuite de l’évaluation et la définition d’un plan cancer 2

l’insuffisance des sources nécessaires à l’évaluation

La première leçon de cette étape d’évaluation du plan cancer est l’insuffisance notoire des informations nécessaires à l’évaluation et ceci pour deux raisons.

En premier lieu, comme le montre la chronologie rappelée ci-dessus, le plan cancer a été élaboré préalablement à la loi relative à politique la santé publique selon une approche différente de la loi de santé publique et qui ne favorise pas l’évaluation de son impact sur la santé de la population.

Le plan cancer est une liste de 70 mesures assortie d’un nombre réduit d’indicateurs, notamment en matière de prévention et de dépistage. Il ne comporte pas d’objectifs quantifiés d’impact sur la santé des populations.
L’évaluation de l’effet des mesures sur les déterminants et sur l’état de santé passe par la reconstitution d’une planification a posteriori par articulation d’objectifs généraux de santé (ceux de la loi relative à la santé publique) et d’objectifs opérationnels (les mesures du plan cancer).

En second lieu, contrairement à ce qui était prévu dans le plan cancer, il n’y a pas eu la mise en place d’un réel système d’information permettant de suivre la réalisation des mesures et actions nationales ou régionales. Ainsi, il n’est pas possible à ce jour de lister avec précision les actions réalisées dans le cadre du plan cancer. Un des enjeux majeurs du futur plan est la connaissance des actions effectuées, notamment au niveau local ou régional, de leur efficience et de leur efficacité et impact en termes de santé publique.

Par ailleurs, beaucoup de données épidémiologiques nécessaires à l’évaluation ne sont pas aujourd’hui disponibles. Dans de nombreux cas, en raison de l’histoire naturelle de la maladie, la période retenue est trop brève (4 ans) pour que l’impact sur la santé soit mesurable aujourd’hui (ex : tabac et cancer du poumon).

Certaines données sont en cours de recueil (ex : exposition des travailleurs aux agents cancérigènes, enquête SUMER 2008). Pour de nombreux indicateurs, le délai de mise à disposition des résultats ne permet pas une évaluation de l’impact du plan. Ainsi, les données relatives à l’incidence par cancer en France, publiées par l’InVS en février 2008 portent pour l’essentiel sur 2003 et font l’objet d’une extrapolation à 2005.
Cependant des informations existent mais sont aujourd’hui difficilement disponibles et peu exploitées, en particulier les données relatives aux soins.

L'insuffisance du système d'information

La seconde leçon de cette étape d'évaluation du plan cancer est l'insuffisance notoire des informations nécessaires à l'évaluation et à la prise de décision en santé publique.
Cependant des informations existent mais sont aujourd'hui difficilement disponibles et peu exploitées, en particulier les données issues du système de soin.

Un des enjeux majeurs du futur plan, est la connaissance des actions effectuées, notamment au niveau local ou régional, de leur efficience et de leur efficacité et impact en termes de santé publique.
Le futur plan doit comporter des objectifs quantifiés relatifs à la santé et à ses déterminants.

Il conviendra d'insérer, dès la conception du plan, un tableau de bord de suivi des objectifs, des indicateurs, et des actions mises en oeuvre, d'en préciser le pilotage et le financement.

Il faut ajouter que l'information est particulièrement pauvre en ce qui concerne les écarts à la moyenne, et ne permettent pas de mesurer la situation de populations particulières, notamment les groupes les plus vulnérables.

Texte complet : [Lire] (pdf
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente